ARCHIVES D'ARTICLES

Langue: FRANÇAIS

Argentine : expériences contagieuses

L’ÉdeC se présente à l’École de Verano sous le patronage de l’Université Sophie en Argentine.

Par Carolina Carbonell

140123 argentina1Environ 80 jeunes de tous les pays latino-américains, du Mexique au sud, se sont donné rendez-vous du 6 au 14 janvier à la Cité Pilote Lia (Buenos Aires, Argentine) pour la seconde édition de la Escuela de Verano organisée par l’Institut Universitaire Sophia sous le titre "Fondements épistémologiques d’une culture de la fraternité".

Une présentation de l’Économie de Communion était prévue, et comme la vie vaut plus que mille discours, les entrepreneurs Germán Jorge, Hugo Mardon, Gonzalo Perrin, Raúl Di Lascio et Blanca Pirotta ont communiqué leurs expériences ; et leurs témoignages en ont fait "vibrer" plus d’un – comme l’a dit Carla du Mexique – parmi ceux qui ont eu la chance de les écouter. Ce n’est pas la première fois que nous écoutons ces témoignages, mais c’est un peu comme pour les chansons qui nous émeuvent: on désire les réécouter à nouveau. Il est alors merveiileux de voir ces expériences en inspirer d’autres qui, en d’autres lieux et moments, les reproduisent. Témoignages qui donc ne meurent pas, fort heureusement.

Gonzalo dirige Pasticcino, une fabrique de biscuits installée au 140123 pasticcino1 Pôle Solidaridad, à O’Higgins, en Argentine. German est son associé. Tous deux racontent avec spontanéité et simplicité l’histoire de Carlos.

Un soir, Jole, la maman de Gonzalo, décide d’organiser un dîner à O’Higgins. Elle y avait aussi invité Carlos, un voisin arrivé depuis peu au village avec son fils, en provenance de la capitale fédérale Buenos Aires. Carlos était doué en affaires, très intelligent, mais depuis quelques années une maladie l’avait rendu aveugle. Ce soir-là Gonzalo ne fit que parler avec Carlos ; puis il alla se coucher avec l’idée de trouver pour lui un emploi. Elles sont admirables les personnes qui pour de telles raisons ne réussissent pas à s’endormir… Ce fut le cas de Gonzalo ce soir-là… mais à la fin il s’assoupit. L’histoire raconte que Gonzalo s’est levé pour chercher sur Google "travaux pour aveugles", et qu’il découvrit qu’en premier il y avait "assemblage de boites".

Or Pasticcino se trouve être une fabrique de biscuits dont toute la production est confectionnée en boites… Mais le plus intéressant est que dès le lendemain Carlos travaillait déjà officiellement chez Pasticcino. Quand Gonzalo appela son associé Germán pour lui faire part de la décision "démocratique" qu’il avait prise, la conversation se passa plus ou moins ainsi :

Gonzalo : Ciao Germán, comment vas-tu ? J’ai une bonne nouvelle à te dire
Germán : Ciao Gonza, ça va, quoi de neuf?
Gonzalo : Pasticcino a embauché quelqu’un
Germán : Super! C’est des nouvelles qui me plaisent ! (il faut dire qu’offrir un emploi est une passion pour ces entrepreneurs)
Gonzalo : Alors tu seras encore plus content.    
Germán : Pourquoi ?
Gonzalo : Parce que Carlos qu’on a embauché est aveugle
Germán : Tu commences enfin à comprendre…

Cela fait une année que Carlos travaille en entreprise et pour fêter son anniversaire ses collègues lui ont payé un tandem. Faut dire que Carlos aime beaucoup faire du sport.

140123 pasticcino2Gonzalo dit que l’arrivée de "Charly", comme ils l’appellent tous, a été très positive pour le reste de l’équipe. Carlos a pour devise "ici tout est sous contrôle". Un visiteur de l’entreprise trouve tout de suite la poste de Carlos parce que c’est inscrit sur le mur.

De telles expériences continuent à marquer les esprits et les cœurs jusqu’à ce qu’un jour on se les approprie. L’économiste Antonio Genovesi le disait il y a 300 ans : c’est la loi de l’univers qu’on ne puisse être heureux qu’en rendant les autres heureux.

Rentrée chez moi, j’ai appris qu’une tornade avait frappé O’Higgins et causé beaucoup de dégâts. Ainsi va la vie… les difficultés ne manqueront jamais. Mais de cette manière la communion continue de circuler entre les gens du village, le Pôle Solidaridad et la cité pilote ; c’est bien ce qui conte en définitive.

L’ÉdeC est très simple : donner et recevoir… pour donner encore…

Image

ARCHIVES D'ARTICLES

Langue: FRANÇAIS

LIVRES, ESSAIS & Media

Langue: FRANÇAIS

Filtrer par Catégories

© 2008 - 2021 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
<>creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - edc@marcoriccardi.it